Thérapie longue versus thérapie brève

Thérapie « brève »
  • Position plus pragmatique, objectifs moins ambitieux
  • La personne est en perpétuel développement et des  changements psychologiques significatifs dans la vie quotidienne sont inévitables
  • Accent sur les ressources et les compétences du patient. Le problème allégué est en soi fondamental
  • Le changement thérapeutique fondamental se produit en dehors des séances, voire après que la thérapie est terminée
  • Le changement thérapeutique peut se produire en très peu de temps et le « patient » attend effectivement des changements rapides
  • Plus le coût financier est réduit, mieux c’est
  • Une psychothérapie peut être inutile et est parfois nuisible
  • Etre « au monde » est un moment essentiel de l’existence

 

Thérapie « longue »
  • Cherche à modifier la personnalité
  • Estime que des changements psychologiques sont improbables dans la vie quoditienne
  • Le problème allégué est secondaire dans la mesure où il n’est que le reflet d’une pathologie sous-jacente fondamentale
  • Le changement thérapeutique fondamental se produit au cours de la thérapie
  • Envisage la thérapie comme un processus de longue durée et perçoit le « patient » comme étant disposé à « patienter »
  • Le coût financier de la thérapie fait partie de la thérapie ;à la limite plus ça coûte mieux c’est
  • Une psychothérapie n’est jamais nuisible
  • Etre en thérapie est un moment essentiel de l’existence

 

 

par Stephan Hendrick Editions Érès collection Relation

Publicités